Magazine Fer de charme

Toute l'actu en continu

Enseignement

La vérité sur les personnes douées en maths

Êtes-vous un mathématicien ou détestez-vous les exercices de maths comme la plupart des gens ? La recherche révèle la vérité sur les compétences en mathématiques et peut expliquer pourquoi les femmes sont sous-représentées dans ce domaine. En effet, la plupart des mathématiciens sont des hommes, c’est ce dont nous allons parler dans cet article.

Pourquoi les filles n’aiment pas les maths

La majorité des collégiennes et des étudiantes n’apprécient pas trop les exercices de maths bien qu’elles aient les mêmes résultats aux tests de mathématiques standardisés que les garçons. En effet, il existe toujours un écart entre les sexes dans les domaines qui utilisent les mathématiques. Des chercheurs ont ​​montré au cours des dernières décennies que cela avait une relation avec leurs croyances sous-jacentes individuelles concernant les capacités de base et l’intelligence. Dans une étude de 1984 , un chercheur a testé une classe d’élèves de cinquième année apprenant de nouveaux supports pour voir comment ils s’en sortaient lorsqu’ils étaient confus au début de la tâche – un sentiment commun lors de l’apprentissage des mathématiques, qui repose sur de nouveaux concepts, symboles et compétences. Même si les filles de la classe ont battus les garçons dans toutes les matières, elles n’ont pas pu surpasser ces derniers lors des tests de confusion. En fait, plus le QI de la fille est élevé, plus les résultats étaient mauvais. Selon cette étude, plus la fille a un QI plus elle se sent impuissante face à la difficulté. Cela s’explique par un phénomène appelé modèle de théories innées, qui affirme qu’il y a deux manières de regarder ses propres capacités. Une élève ayant une orientation déterminée remarquerait sa confusion lors du test et en arriverait à la conclusion prématurée qu’elle ne doit pas être bonne en la matière, et abandonnera plus tôt que les autres. Par contre, une élève ayant une orientation progressive pourrait simplement interpréter un échec précoce comme un signe qu’elle doit travailler plus fort pour apprendre la matière.

D’où provient cette perception de la capacité innée

Lorsque les enfants sont félicités pour leurs traits au lieu de leur effort, ils réagissent à l’échec en faisant preuve d’impuissance, d’auto-blâme et se sous-estime. Toute rétroaction qui met l’accent sur les caractéristiques intrinsèques, même positive, conduit à un état d’esprit déterminé qui laisse les élèves vulnérables à des luttes parfaitement naturelles. D’ailleurs, les filles reçoivent plus d’éloges sur leurs traits, leur intelligence et leur beauté, alors que les garçons reçoivent plus de félicitation sur leurs efforts. Aussi, si vous voulez que vos enfants soient bons en maths, félicitez-les à chaque effort qu’ils fournissent après des exercices de maths.